logo

Les pages web d'Images Éducation sont inaccessibles sur écran smartphone, veuillez vous connecter sur un ordinateur

réception

Réception


Hugo, Coraline, Tom et Maxime, élèves de 3ème d’un collège de Montigny-le-Bretonneux, interviewés par Asnate Simane et Alice Kopp le 22 avril 2014

1. Les textes produits après avoir vu les images 2 secondes

Hugo - 13 ans
La première image me fait penser aux vacances d’été. La deuxième au cinéma, la troisième à Boulanger, la quatrième à Samsung.

Tom – 13 ans
A chaque image, il y a un personnage ou un objet pour chaque besoin d’une personne, avec derrière ou au-dessus marqué à chaque fois 2 millions de personnes qui l’ont vu ou utilisé. C’est pour chaque catégorie d’âge. Cela ressemble à des pubs.

Maxime -14 ans
1)      Voyage, été, soleil, piscine, plage, vacances
2)      Sombre, dragons, lugubre
3)      Voitures, rouge, ordinateur, travailler, école, jeux
4)      Vendre bikini, magasins, dépenses, plage, pas cher
5)      Téléphone, communiquer, message, forfait, ordinateur, travail
6)      Voiture, ville, essence, argent, ordinateur, travail


Coraline -14 ans
Lumineuse, relax, voyage, mode, simple, sombre, vacances, un dragon, ordinateur, plage, téléphone, publicité, des femmes, peur, noir, coloré, sable, mer.
Pas de lien spécial entre les images.

2. Retranscription du Focus Group

• Etudiante : On va d’abord vous montrer les images très rapidement, ça va aller très vite, 2 secondes par image et vous allez écrire vos premières impressions sur le papier. Donc tout ce que vous avez pensé en regardant les images. Tout ce que vous voulez, tout ce qui vous passe par la tête. Il n’y a pas besoin d’être très précis. •Voilà les images. Prenez le temps que vous voulez pour écrire. C : On doit écrire pour toutes les images ou juste par image ?


• Etudiante : Vous décrivez tout ce que vous avez vu. M : Il y a combien d’images ?

• Etudiante : 7 C : On peut mettre des mots comme ça?

• Etudiante : Oui. M : Il faut décrire une image en particulier?

• Etudiante : L’ensemble de la série. Après si tu en as retenu une en particulier, tu peux la décrire et dire des choses précises, mais ce n’est pas obligatoire. Il n’y a pas de vraies ou de fausses réponses. • Etudiante : Ecrivez ce que vous avez ressenti, les émotions que les images vous ont inspirées. • Etudiante : Ce que vous avez vu ! M : Je ne me rappelle plus : c’est dans quel ordre ?

• Etudiante : Ce n’est pas grave l’ordre. M : Il y en a une dont je ne me souviens plus.

• Etudiante : Ce n’est pas grave. • Etudiante : Justement, peut-être que vous pourriez mettre une phrase générale. Est-ce qu’il y a, d’après vous, un lien entre ces images ? M : Non.

• Etudiante : Ok, c’était juste au cas où tu en aurais vu un. C : Voilà.

• Etudiante : Vous avez fini ? élèves : Oui.

• Etudiante : Alors on va les regarder un peu plus longuement. Je vous laisse un peu les regarder à votre propre rythme. Vous les regardez bien, vous lisez, vous prenez le temps de regarder. Ils regardent environ 2 minutes. M : C’est bon.

• Etudiante : Alors à deuxième vue ? Est-ce que vous avez une impression différente après avoir lu? Maxime : Oui.

• Etudiante : Oui ? • Etudiante : Et quelle est la différence alors ? C : Au début on a l’impression qu’il s’agit d’images de publicité pour nous faire consommer, alors que finalement non. Ce n’est pas vraiment ça.
H :  quand on les voit que deux secondes on pense que c’est pour un dragon ou pour un ordinateur mais après quand on lit et on s’aperçoit que c’est pour l'illettrisme.
T :  à peu près la même chose, au début on croit que c’est une pub mais après ce n’est pas du tout ça en fait.
H : oui ce n’est pas une pub, c’est une campagne contre l'illettrisme.

• Etudiante : Qu’est-ce que ça vous inspire d’autre ces images ? (Pause) Rien du tout ? Pas de réponse

• Etudiante : Et du coup, d’après vous, pourquoi un tel choix ? Pourquoi faire des affiches avec des images un peu en contradiction avec ce qui est écrit ? C : Pour que les gens fassent plus attention, non? Par exemple, sur les affiches de publicité, parfois il y a des choses écrites en tout petit, et on ne fait pas forcément attention.

• Etudiante : Alors pour que les gens fassent plus attention aux affiches qu’ils voient ? C : Oui.

• Etudiante : Et toi, M. tu penses pareil ? M : acquiesce.

• Etudiante : Cela vous a fait sentir quoi de vous rendre compte que ce n’est pas une publicité ? T : qu’il faut passer plus de temps à regarder sinon on passe à côté.

• Etudiante : et vous avez pensé quoi des images, vous les trouvez réussies ? H : oui c’est plutôt bien fait.

• Etudiante : bien fait dans quel sens ? H : si on regarde seulement deux secondes on pense vraiment que c’est une publicité.

• Etudiante : Et vous pensez pas que ce serait aussi une manière d’informer ou d’avertir sur quelque chose ou qu’il y aurait aussi une autre dimension ? H : Et bien c’est qu’il y a des gens qui ne savent pas lire correctement, donc c’est pour sensibiliser.

• Etudiante : sensibiliser ? tu penses que ça marche , que cela à un effet positif ? H : oui je pense.

• Etudiante : et est-ce que vous pensez que le fait de sensibiliser les gens qui peuvent ne pas connaître ce qu’est l'illettrisme va changer leurs habitudes? T : moi je pense que cela change quelque chose.

• Etudiante, tournée vers C et M : Pour vous, ce sont donc plutôt des images qui parlent de la publicité, c’est ça ? C : Au début oui, mais après pas trop. Quand on les voit au début, on pense que c’est de la publicité pour nous faire consommer etc…, mais au final quand on fait plus attention, on voit que ce n’est pas vraiment pour nous faire consommer.

• Etudiante : Vous pensez que c’est efficace ? C’est un bon choix d’avoir pris ces images là pour parler de l’illettrisme ? M : Je ne sais pas ce que c’est (l’illettrisme).
C : C’est quand tu ne sais ni écrire, ni lire.

• Etudiante : Ce sont des gens qui sont allés à l’école mais qui n’ont jamais acquis les savoirs de base, donc les savoirs de l’écriture et de la lecture. Et ce sont donc des gens qui travaillent et qui dans la vie de tous les jours mènent une vie normale mais qui ne savent ni lire ni écrire. Par exemple, ils passent devant la publicité et comme vous, c’était peut-être votre première impression, ils pensent que c’est juste une publicité.. C : Alors qu’en fait non.

• Etudiante : Alors qu’en fait non. T : Je pense qu’on sous-estime certainement le nombre de personnes qui sont illettrées.
C : Je crois que j’ai déjà vu des images comme ça.

• Etudiante : Ces images là ? C : A la télé je crois ils les ont déjà passées.

• Etudiante : Et donc à votre avis, quand ces images ont été créées, quel était leur objectif? Les créateurs de ces images, à votre avis, qu’est-ce qu’ils voulaient que vous pensiez en voyant ces images?  Ou de quelle façon vous agissiez ? M : Nous quand on ne sait pas écrire et lire ?

• Etudiante : Non, vous en tant que vous. M : Qu’il faut lire les affiches ?!

• Etudiante : Tu penses que c’était ça le message : de bien lire les affiches ? M : De bien lire les affiches.
C : Ou peut-être les gens qui font les affiches publicitaires, je ne sais pas, peut-être qu’ils fassent plus attention aux gens qui ne savent pas lire?

• Etudiante : Pour que ça soit compréhensible à partir de l’image uniquement? C : Oui, peut-être.

• Etudiante : Pensez-vous que si vous étiez passé devant ces images dans la rue ou dans le métro, vous auriez pris le temps de lire ou auriez-vous plutôt jugé qu’il s’agissait d’affiches publicitaires sur les vacances, sur une marque de vêtements etc... ? C : Moi je pense que je n’aurais pas vraiment lu.
M : Moi non plus je n’aurais pas lu.

• Etudiante : Est-ce qu’on peut maintenant voir vos premières impressions – ce que vous aviez noté tout au début ? M : Moi ma première impression c’est l’été, le soleil, la piscine, la plage ,les vacances...

• Etudiante : donc en fait dès les premières secondes tu as tout de suite reconnu ce que c’était, une publicité par exemple pour un club de vacances, quelques chose comme ça. M : Oui tout à fait. Après, pour l’autre, j’ai écrit : sombre, lugubre, dragon , pour celui de la voiture j’ai écrit: voiture, ville, essence, argent et pour le téléphone j’ai mis : téléphone, communiquer, message, forfait; pour l’ordinateur : ordinateur, travailler, école, jeux pour les bikinis : bikinis, vente, pas chère, magasin, dépense et plage et l’autre je ne l’ai pas fait.

• Etudiante : Et du coup est-ce qu’en deux secondes tu avais quand même le temps de lire au moins les gros titre ? M : Non

• Etudiante : Rien du tout ? • Etudiante : Mais par exemple tu as quand même retenu Dragons, Bikinis.. M : Oui seulement les gros titres. mais pas les plus petites écritures.

• Etudiante : et toi ? C : Moi j’ai mis : lumineuse, simple, sombre, vacance, dragon, ordinateur, plage, téléphone, publicité et des femmes et pour l’autre j’ai mis relax, mode, voyage, peur, noir, colorés, gros dragon, sable, mer et pas de lien spécial entre les images.
H: Moi j’ai tout d’abord pensé à une publicité.

• Etudiante : tu as pensé à une marque connue ? T : J’ai pas vraiment marqué ça mais oui.

• Etudiante : tu as pensé à une publicité mais avais tu remarqué que cela n’en était pas une ? T : oui car cela ne ressemble pas non plus à une vraie pub car il y a marqué 2 millions ...

• Etudiante : ça tu l’avais remarqué dès la première fois ? T : Oui

• Etudiante : Et toi ? H : non moi je n’avais pas vu, vraiment c’était une découverte.

• Etudiante : Lors de votre première impression, à quel type de publicité se référait le «gros dragon»? M et C : Film

• Etudiante : Dès les premières secondes, l’intention de chaque publicité vous a donc paru évidente? C : Oui

• Etudiante : et dès que vous vous êtes aperçu, en étant plus attentif, du réel contenu des publicités, cela vous a-t-il surpris? C : Pour la première image, j’ai eu du mal à comprendre mais au fur et en mesure j’ai compris l’objet de la campagne.

• Etudiante : Peux-tu dire que tu as donc été interloquée ? C : Oui c’est vrai.

• Etudiante : et toi M ? Maxime : Pareil.
C : Moi au début, je ne comprenais pas, je me suis demandé si c’était pour une pub de voyage quelque chose comme ça, mais j’ai vraiment mis un certain temps à comprendre.
M : En plus, pour la pub de voyage il y a écrit en gros : Club de vacances.

• Etudiante : il faut donc un peu de temps pour comprendre que les images ne vont pas avec les mots. C : Oui, on ne s’attend vraiment pas à ce qu’on va lire et c’est vraiment lorsqu’on voit la deuxième que l’on comprend le propos.

• Etudiante : Après avoir bien lu et compris, d'après vous, qui a commandité ces images ? Ce n’est pas le cas ici mais par exemple s’il s’agissait d’une publicité pour le club Med le commanditaire aurait été Club Med. Qui a voulu faire les images ici ? C : Une sorte d’association contre l'illettrisme ? ou l’Etat je ne sais pas trop.

• Etudiante : oui c’est un peu les deux. Est-ce que cela vous amène à penser que ces images attendent une réaction de votre part ? • Etudiante : A votre avis quelle émotion, si il y en a, ces images ont pour but de faire ressentir? C : Elles nous amènent à se sentir dans la peau d’une personne illettrée.

• Etudiante : Pensez-vous que cela fonctionne? vous vous sentez concernés? H : oui un peu

• Etudiante : Cela vous donne-t-il envie d’aller faire des recherches sur ce qu’est l’illettrisme ? H : Oui.

• Etudiante : Cela va-t-il changer vos habitudes par exemple ? M et C : Je ne sais pas vraiment.

• Etudiante : M, tout à l’heure tu disais que tu ne connaissais pas la définition de l'illettrisme, cela t'intéresserait de te renseigner un peu plus sur le sujet ? M : oui

• Etudiante : cela a -t-il éveillé ta curiosité ? M : oui beaucoup

• Etudiante : A votre avis pourquoi les créateurs ont-ils choisi ces sujets de publicités, vacance, voiture, téléphone ... M : Ce sont des sujets à la base de la publicité

• Etudiante : qu’entends-tu par «la base» ? M : Ces sujets de publicités sont à mon avis, les plus représentés.

• Etudiante : il s’agit donc d’une question de nombre ? il n’existe pas une autre raison ? M : On ne peut pas dire que c‘est indispensable, mais beaucoup de Français sont concernés par ces sujets.
H : Je pense que c’est un bon choix, car elles représentent chaque catégorie de population, car les gens qui mettent du mascara c’est pas les mêmes...c’est pour toucher tout le monde. Chacun y trouve quelque chose, à part si ils mettent des publicités spéciales dans des magazines spécialisés.

• Etudiante : Donc tu penses que les images ont été choisies en fonction des différents publics c’est ça ? H : Oui, en fait je pense que c’est ça la publicité.

• Etudiante : est-ce que vous voyez une autre raison ? par exemple pourquoi choisir la cosmétique ? T : C’est un bon choix car il y a souvent plein de petites phrases écrites.
H : Je pense que si les créateurs ont choisi ces images-là, c’est parce que ce sont les images qu’on voit le plus souvent.

• Etudiante : et toi C, tu as une idée ? C : Pour les bikinis par exemple, c’est une publicité que l’on va souvent voir sur les arrêts de bus ou dans le métro.

• Etudiante : Et pour le film ? pourquoi à votre avis ont-ils choisi un film avec un dragon et pas un autre? C : C’est un film d’action.

• Etudiante : A votre avis pourquoi n’ont-ils pas choisi un film français, une comédie? C : Lorsque c’est une image sombre, impressionnante avec dragon peut être que l’on s'arrête plus sur l’image que si c’étaient des «hommes».
M : Oui je pense, cela attire plus l’attention.

• Etudiante : quelle est l’image qui vous semble le mieux fonctionner? H : celle de l’ordinateur, car il y a beaucoup de petites choses marquées et quelqu’un d'illettré ne pourrait pas du tout la lire.
C : Le bikini fait vraiment penser à la marque H&M. Mais elles ressemblent toutes à de vraies publicités, de vraies marques.
M : La voiture me fait vraiment penser à la marque Opel.

• Etudiante : Avez-vous d’autres remarques à nous faire partager ? quelque chose qui vous aurait gêné ou peut-être troublé ? • Etudiante : vous trouvez que ce sont des images efficaces ? M : Si on les lit pas non, mais si on les lit oui.

• Etudiante : Auriez-vous un mot qui vous vient à l’esprit pour décrire le moment ou vous avez lu ces images ? M : Pub C : Et quand on regarde plus on se dit “ah non c’est pas ça”.

• Etudiante : Le fait que vous puissiez lire le message, vous fait il vous sentir privilégiés, concernés par la cause ? M : Oui