logo

Les pages web d'Images Éducation sont inaccessibles sur écran smartphone, veuillez vous connecter sur un ordinateur

  Télécharger le tableau comparatif

Ceci est une photographie prise au moment de l’attentat terroriste du 11 septembre 2001, à New York. Alors qu’à l’époque, elle s’inscrivait dans une actualité journalistique, cette image a désormais accédé au rang d’icône : elle est entrée dans l’histoire en tant que témoignage de l’un des événements les plus dramatiques du XXIe siècle. • Que sait-on exactement du 11 septembre ? Et surtout, qu’en avons-nous vu ? Deux tours. Le World Trade Center, internationalement connu car grand symbole de la puissance économique des Etats-Unis. Deux avions. Étrange qu’ils volent si bas… Et enfin deux explosions, presque simultanées. Des nuages de fumée, des cris, de la panique. Et puis des morts. Ces images qui font aujourd’hui partie de la mémoire collective nous sont apparues ce 11 septembre 2001 par millions, à travers d’abord la télévision puis dans les journaux. Cet attentat est probablement l’un des événements les plus photographiés et filmés de l’histoire du journalisme. Pourtant, une étude menée par Clément Chéroux, historien de la photographie, a montré par la suite, que malgré le foisonnement des images, seulement 95% d’entre elles avaient été reprises pour couvrir la une des journaux américains. Voir article de Jérôme Truc, sur le site La Vie des idées : http://www.laviedesidees.fr/Le-11-septembre-et-son-double.html : « Après avoir constitué un échantillon de 400 unes des journaux américains parus les 11 et 12 septembre 2001 (sur un total de près de 1 500), [Clément Chéroux] a découvert que l’ensemble des photographies publiées en première page pouvaient se résumer à six images-types : si l’on ne tient pas compte de légères variations formelles (des différences de cadrage par exemple), 41 % des unes représentent une photographie de l’explosion de la tour sud au moment où le vol 175 la percute, 17 % le nuage de fumée au-dessus de Manhattan, 14 % les ruines de Ground Zero, 13,5 % un des avions s’approchant des tours, 6 % des scènes paniques dans les rues de New York, et enfin 3,5 % le drapeau américain. Seules 5 % des unes ne correspondent à aucune de ces images-types. Dans ces photographies publiées par la presse, le World Trade Center est omniprésent : comme le souligne Chéroux, « c’est la souffrance du bâtiment qui domine », et qui prime sur celle des victimes humaines. » Le traitement médiatique de l’événement semble donc avoir été peu diversifié, sinon uniforme. L’image dont il sera question ici a été prise au moment même de l’attentat, par le photographe reporter Spencer Platt, membre de l’agence américaine Getty Images. En l’occurrence, ce document s’est retrouvé à la une d’une cinquantaine de journaux dans le monde, entre le 11 et le 13 septembre 2001. Un exemple idéal pour illustrer cette situation paradoxale, entre la profusion des images et la raréfaction de l’offre visuelle. Pour autant, ce phénomène s’était déjà fait connaître avant cette date. En effet, depuis la fin des années 1980, de grands groupes médiatiques se sont mis à racheter de plus en plus de petites agences indépendantes. On parle dans ce cas de « concentration des pôles de diffusion des images ». Le 11 septembre n’est donc que la confirmation médiatique du poids de ces grandes agences, telles que Reuters, France-Presse et surtout Associated Press, qui a elle seule représentait plus de 70% des photographies émises dans le monde au moment des attentats. Avant de se lancer directement dans le contenu de l’étude, nous avons retracé ici en quelques lignes l’histoire de cette journée dramatique, que nous n’avons pas vécue sur place, mais depuis Paris, âgés à l’époque de 11 et 13 ans, soit à peu près la même tranche d’âge que les adolescents que nous avons interrogés. • Que s’est-il passé le 11 septembre 2001 ? Le mardi 11 septembre 2001, en quelques minutes, les États-Unis sont la cible de quatre attentats. Quatre avions ont été détournés par des terroristes du groupe Al-Qaida. À 8 h 46, un avion percute la tour Nord du World Trade Center, en plein cœur de New York. Quelques minutes après, un deuxième avion s’écrase sur la tour Sud. Au même moment, un troisième avion s’abat sur le Pentagone, ministère de la Défense, à Washington. Un dernier avion s’écrase près de Shanksville, en Pennsylvanie, le pilote et les passagers ayant réussi à empêcher les terroristes de détourner cet avion. Près de 3 000 personnes périrent lors de ces attaques. Voir les cartes des attentats